Montage d’origine (1889)                        Modification pour courants triphasés DESCRIPTION - FONCTIONNEMENT   Compteur constitué d’un moteur sans fer pour éviter les phénomènes de saturation et d’hystérésis qui fausseraient les mesures en courant continu.   En raison de l’absence de fer, les inductances des bobinages sont très faibles. On peut négliger l’influence de ces inductances à la fréquence du réseau, cela permet d’utiliser le compteur aussi bien en courant continu qu’en courant alternatif. Bobinage inducteur parcouru par le courant I                (prévu ici pour 75 Ampères) Bobinage induit parcouru par un courant               proportionnel à la tension U   L’induit est en série avec des résistances additionnelles destinées à limiter la tension aux balais à 20 Volts environ.  Afin que la vitesse de rotation demeure proportionnelle à la puissance U.I, ce moteur qui tendrait à s’emballer, est freiné proportionnellement au couple moteur au moyen d’aimants permanents entre les branches desquels tourne un disque en cuivre, monté sur l’arbre de l’induit.   Les courants de Foucault induits dans le disque, quand il tourne, produisent un champ qui réagit avec le champ des aimants et exercent ainsi un couple de freinage d’autant plus intense que la vitesse du disque est grande.    Une horlogerie, entrainée par l’arbre de l’induit, est construite de façon à enregistrer directement en Watt.Heures.  (1) Aimants et disque de freinage   Pour faciliter le démarrage du compteur et pour lui donner une sensibilité suffisante aux très faibles débits, on crée un couple supplémentaire par un enroulement monté en série avec l’induit et réglé de façon à contre-balancer les différents frottements dus aux pivots, à l’horlogerie et aux balais. Cet enroulement dit de “compoundage” est parcourru d’une façon permanente par le courant dérivé.   Quand il n’y a pas de courant dans l’installation, le champ des inducteurs est nul, mais l’induit, excité par le compoundage constitue un petit moteur série : il a donc tendence à tourner dans un sens bien déterminé. L’enroulement du compoundage doit être tel que ce sens soit celui de la rotation en fonctionnement normal.   Si le compoundage est bien réglé, c’est à dire s’il équilibre exactement le frottements, l’induit ne tourne pas, mais est prêt à démarrer pour un très faible débit.   Le réglage doit être fait en s’assurant que le compteur ne tourne pas à vide.  (1) Enroulement de “compoundage” dans un bobinage inducteur. En fil résistant, il constitue aussi la résistance additionnelle pour diminuer la tension d’induit. “Fil à plomb” pour une installation parfaitement verticale Pivot inférieur sur saphir pour réduire les frottements IMAGES DU COMPTEUR TRIPHASE Cliquer sur une image pour agrandir PRINCIPE DE LA MESURE EN ALTERNATIF TRIPHASE   Le compteur présenté ci-dessus est prévu pour mesurer l’énergie consommée sur un réseau “triphasé 3 fils”, c’est à dire lorsque le fil Neutre n’est pas relié à l’installation. La mesure est valable même dans le cas d’une charge triphasée déséquilibrée.   - La puissance instantanée en tripphasé est :   p = v1.i1 + v2.i2 + v3.i3    (v1, v2, v3 = tensions simples, entre phase-neutre) - Le fil neutre n’étant pas relié à l’installation :   i1 + i2 + i3 = 0       d’ou   i3 = -(i1 + i2)   p = v1.i1 + v2.i2 - v3.(i1 + i2)  =  i1.(v1 - v3) +  i2.(v2 - v3)  (v1 - v3) = tension entre phases 1 et 3 = u13 (soit -u31)  (v2 - v3) = tension entre phases 2 et 3 = u23                                  p = i1 . (-u13) + i2 . u23     D’ou le branchement des 2 appareils. Ce branchement correspond à la “méthode des 2 wattmètres Bibiographie   (1) : Nouvelle encyclopédie pratique d’électricité - QUILLET (1937) JCJ - 2019 Elihu THOMSON    1853 - 1937